18 Juin 2015

Soyouz arrive en Guyane

La France, dont la collaboration avec la Russie remonte à 1966 dans le domaine de l'espace, a pris l'initiative de ce projet à travers le CNES.

Objectifs et organisation

Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie et Suisse : 7 pays européens participent à ce programme dont le CNES est maître d'œuvre. L'ESA en est le maître d’ouvrage et Arianespace l'opérateur. Lancé au début des années 2000 par le CNES, le projet répond à 2 motivations principales :

  • compléter la gamme de lanceurs proposée par la société Arianespace sur le marché des lancements commerciaux. Soyouz se situe entre le petit lanceur Véga (de 300 kg à 2 tonnes de charge utile en orbite basse dite LEO) et le lanceur lourd Ariane 5 (de 5,9 à 10 tonnes de charge utile en orbite de transfert vers l’orbite géostationnaire, dite GTO).
  • développer la coopération spatiale avec la Russie. Le programme "Soyouz en Guyane" s’inscrit dans une collaboration à long terme qui doit permettre à l'Europe de conserver un accès à l’espace en toute indépendance.

Lancement de Soyouz : ESA/S. Corvaja.

Après le vol inaugural prévu en 2010, au moins 2 lancements par an sont prévus pour les 10 années qui suivront.

soyouz en guyane

L'arrivée de Soyouz en Guyane implique la construction d'un nouvel ensemble de lancement au CSG, l'adaptation du lanceur Soyuz 2-1-a au pas de tir guyanais et une participation au développement de Soyouz 2-1-b.

Des vols habités depuis la Guyane ?

Si l'origine du lanceur Soyouz permet légitimement d'envisager des vols habités depuis le CSG, cette éventualité reste aujourd'hui encore très incertaine.

Depuis 2005 aucun budget n'est prévu pour les vols habités et les accords signés ne concernent que des lancements de satellites automatiques. De plus, les versions de Soyouz adaptées pour la Guyane ne sont par ailleurs pas capables d'envoyer des capsules habitées. En outre, les installations de lancement et les procédures de sauvegarde ne sont pas encore prévues en conséquence.

Néanmoins, la possibilité d'assurer depuis la Guyane des lancements de spationautes européens vers l'ISS, serait techniquement assez rapidement réalisable. L'Europe rejoindrait alors le club très fermé des puissances maîtrisant le vol habité. Aujourd'hui, seuls 3 pays en sont capables : la Russie, les Etats-Unis et la Chine.

Un programme de longue haleine
Octobre 2001 premiers pourparlers officiels sur le projet entre la France et la Russie
Mai 2003Décision du Conseil ministériel de l'ESA sur l'implantation d'un pas de tir Soyouz en Guyane
Novembre 2003Signature de l'accord intergouvernemental France-Russie relatif à l'ouverture de la base spatiale guyanaise à Soyouz
Février 2004Souscription des états participant au programme
Décembre 2004Bouclage du plan de financement
Janvier 2005Début des terrassements généraux
Juillet 2005Signature du contrat ESA-CNES sur le projet Soyuz en Guyane
27 février 2007Inauguration du chantier du site de lancement de Soyouz à Sinnamary
Août 2008Arrivée en Guyane des premières équipes russes et des premiers équipements russes
Fin 2009Livraison de deux lanceurs Soyouz ST-1a
Août 2011
1e vol de qualification

Voir aussi

Pour en savoir plus

A propos de :